Le traffic de barrettes

L’année dernière, ma Tite Der faisait ses premiers pas dans le monde impitoyable des grands: l’école maternelle. Du haut de son petit gabarit de poussin, elle est entrée en petite section. (plus connu sous le petit nom de PS).

La découverte du milieu scolaire, enfin, dans un sens, ma mini voyait déjà ses frères s’y rendre.

J’ai découvert pour ma part, un univers différent, vu que les 2 premiers Moopys sont des garçons, ils n’avaient pas eu les mêmes expériences. Notamment capillaires. Là, j’ai eu le droit à la torsion qui aspire les barettes. Je ne vois pas d’autres solutions aux nombreux accessoires pour cheveux que j’ai du racheter, chercher, échanger ou faire une croix définitive dessus.

Au final, j’ai arrêté de compter les barettes en novembre. J’étais au beau score de 20. Quasiment une par jour. Je me suis interrogée. Ma puce m’a dit que Doudou s’amusait avec, que son ami imaginaire lui prenait. Pour ma part, je ne vois qu’une seule explication, ou deux selon laquelle vous parle le plus:

l’école est un aspirateur à barrettes. Les minis se font raquetter ou les échanges contre des biens. Je cherche encore. La récidive est là. Au bout d’une semaine de classe, plus de 4 barettes en moins. Et maintenant, le traffic prend le tournant des élastiques.

Je peux difficilement marquer 2 cm de barrettes avec un nom/prénom. Pourquoi? Que se passe-t-il se si étrange pour que je ne retrouve plus rien ou presque?

Donc, si vous avez une astuce pour attacher des cheveux longs mi-dos fins, je suis preneuse. Merci.

Dans le même genre, vous avez les vêtements. Comment un tee-shirt, un pantalon/legging peuvent disparaitre sans laisser de traces?

Rendez-vous sur Hellocoton !